De nouvelles analyses de deux essais de phase iii sur l’utilisation de l’azd7442 contre la covid-19 dans des populations à haut risque confirment son efficacité robuste et ses capacités de prévention à long terme

MISSISSAUGA (Ontario), le 18 novembre 2021 – De nouvelles données issues des essais de phase III PROVENT et TACKLE, portant respectivement sur l’utilisation de l’AZD7442 pour la prévention et le traitement ambulatoire de la COVID-19, montrent qu’une dose intramusculaire (i.m.) unique d’une association d’anticorps à longue durée d’action (ACLA) offre une efficacité robuste.

Lors d’une analyse de l’essai PROVENT en cours où les participants ont fait l’objet d’un suivi médian de 6 mois, une dose i.m. de 300 mg d’AZD7442 a permis de réduire de 83 % le risque de développer la COVID-19 symptomatique par rapport au placebo.

On évalue qu’environ 2 % de la population mondiale présente un risque accru de réponse inadéquate à un vaccin contre la COVID-191. Cela comprend les personnes atteintes de cancers du sang ou d’autres cancers traités par chimiothérapie, les patients sous dialyse et les patients sous traitement après une greffe d’organe ou qui prennent des médicaments immunosuppresseurs pour leur maladie, comme la sclérose en plaques ou la polyarthrite rhumatoïde2-6.

« La lutte contre la COVID-19 est loin d’être terminée, en particulier pour les personnes qui ne parviennent pas à obtenir une protection adéquate après avoir été vaccinées, a déclaré Kiersten Combs, présidente d’AstraZeneca Canada. Dans le cadre de l’engagement continu d’AstraZeneca à lutter contre cette crise sanitaire mondiale, nous sommes fiers de voir les plus récents résultats des essais PROVENT et TACKLE, car les données laissent entrevoir la possibilité d’offrir une protection supplémentaire aux populations canadiennes vulnérables à la COVID-19. »

L’essai PROVENT sur l’AZD7442 est le premier essai de phase III prospectif ayant été conçu pour évaluer la capacité d’un anticorps monoclonal à prévenir la COVID-19 symptomatique et comprenant l’inclusion de participants à haut risque et immunodéprimés. Plus de 75 % des participants à l’essai PROVENT présentaient au départ des comorbidités qui les exposaient à un risque élevé de développer la forme grave de la COVID-19 en cas d’infection, et parmi lesquels se trouvaient des personnes immunodéprimées susceptibles d’avoir une réponse immunitaire réduite à un vaccin.

L’analyse primaire et l’analyse à six mois n’ont révélé ni cas de forme grave de la COVID-19 ni décès lié à la COVID-19 chez les personnes traitées par l’AZD7442. Dans le groupe placebo, deux cas supplémentaires de forme grave de la COVID-19 ont été enregistrés lors de l’évaluation à six mois, pour un total de cinq cas de forme grave de la COVID-19 et deux décès liés à la COVID.

Pour l’essai TACKLE sur le traitement ambulatoire, une analyse exploratoire des patients présentant une forme légère ou modérée de la COVID-19 et éprouvant des symptômes depuis trois jours ou moins au moment du traitement a montré qu’une dose i.m. de 600 mg d’AZD7442 réduisait de 88 % le risque de développer une forme grave de la maladie ou de décéder (toutes causes confondues) par rapport au placebo.

Au total, 90 % des participants à l’essai TACKLE appartenaient à des populations présentant un risque élevé d’évolution vers une forme grave de la COVID-19 en cas d’infection, y compris celles présentant des comorbidités.

Tant pour l’essai PROVENT que pour l’essai TACKLE, l’AZD7442 était généralement bien toléré. Pour l’essai PROVENT, l’analyse à six mois n’a permis de déceler aucun nouveau problème d’innocuité.

« Ces résultats convaincants me rendent confiant quant à la capacité de cette association d’anticorps à longue durée d’action à fournir à mes patients vulnérables la protection à long terme dont ils ont rapidement besoin pour enfin retrouver une vie normale, a déclaré Hugh Montgomery, professeur de médecine de soins intensifs à l’University College London, au Royaume-Uni, et chercheur principal pour l’AZD7442. Un élément important est que ces participants à haut risque susceptibles de ne pas répondre de manière adéquate à la vaccination sont demeurés protégés pendant 6 mois, et ce, malgré la propagation plus élevée du variant Delta chez ces patients. »

« L’AZD7442 est le seul anticorps à longue durée d’action dont les données de phase III démontrent un bénéfice à la fois pour la prévention et le traitement de la COVID-19 avec une seule dose, a déclaré le Dr Alex Romanovschi, vice-président des Affaires scientifiques chez AstraZeneca Canada. Les essais ont montré des résultats encourageants quant à la réduction du risque de développer la COVID-19 symptomatique ou une forme grave de la COVID-19. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec Santé Canada afin d’accélérer la révision du récent dépôt de la demande pour l’AZD7442. »

Plus tôt ce mois-ci, AstraZeneca Canada a annoncé qu’elle avait lancé un processus d’examen continu de la présentation de drogue nouvelle auprès de Santé Canada pour l’homologation de l’AZD7442 pour la prévention de la COVID-19 symptomatique, sur la base des résultats de haut niveau de l’essai de phase III PROVENT. Si l’autorisation est accordée, l’AZD7442 serait le premier ACLA à recevoir l’autorisation de Santé Canada pour la prévention de la COVID-19.

Les résultats complets des essais PROVENT et TACKLE seront soumis pour publication dans une revue médicale avec comité de lecture et présentés lors d’une prochaine réunion médicale.

PROVENT

PROVENT est un essai de phase III multicentrique à répartition aléatoire, à double insu et contrôlé par placebo évaluant l’innocuité et l’efficacité d’une dose unique de 300 mg d’AZD7442 administrée par voie i.m. comparativement à un placebo pour la prévention de la COVID-19 chez des participants qui n’étaient pas infectés par le SRAS-CoV-2 au départ. L’essai a été réalisé dans 87 sites aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne, en France et en Belgique. 5 197 participants ont été répartis aléatoirement dans un rapport de 2:1 pour recevoir une dose unique de 300 mg d’AZD7442 (n = 3 460) ou de placebo sous forme de solution saline (n = 1 737), administrée en deux injections i.m. distinctes et séquentielles.

L’analyse primaire rapportée le 20 août 2021 était basée sur 5 172 participants, avec un arrêt de cueillette des données en date du 9 mai 2021. Le principal critère d’efficacité était le premier cas positif de maladie symptomatique causé par le SRAS-CoV-2 et confirmé par RT-PCR après l’administration de la dose et avant le jour 183. L’évaluation à six mois a été réalisée sur 4 991 participants, avec un arrêt de cueillette des données en date du 29 août 2021. Les sujets feront l’objet d’un suivi pendant 15 mois. Les participants qui ont choisi de quitter l’essai PROVENT à n’importe quel moment pour se faire vacciner ont été exclus de l’analyse primaire et de l’analyse à six mois portant sur l’efficacité.

Les participants étaient des adultes âgés de 18 ans et plus qui bénéficieraient d’une prévention par l’ACLA, définis comme ayant un risque accru de réponse inadéquate à l’immunisation active (prédiction de mauvaises réponses aux vaccins ou intolérance aux vaccins) ou ayant un risque accru d’infection par le SRAS-CoV-2, y compris ceux dont le lieu ou les circonstances les exposent à un risque important d’exposition au virus SRAS-CoV-2. Les participants au moment du dépistage n’étaient pas vaccinés et avaient reçu un résultat négatif pour le test de dépistage sérologique du SRAS-CoV-2 réalisé au centre de soin.

Environ 43 % des participants étaient âgés de 60 ans et plus. En outre, plus de 75 % d’entre eux présentaient dès le départ des comorbidités et d’autres caractéristiques associées à un risque accru de forme grave de la COVID-19 en cas d’infection, notamment les personnes atteintes d’une maladie immunosuppressive, ou prenant des médicaments immunosuppresseurs, de diabète, d’obésité grave ou d’une maladie cardiaque, d’une maladie pulmonaire obstructive chronique, d’une maladie rénale chronique ou d’une maladie hépatique chronique.

TACKLE

TACKLE est un essai de phase III multicentrique à répartition aléatoire, à double insu et contrôlé par placebo évaluant l’innocuité et l’efficacité d’une dose unique de 600 mg d’AZD7442 administrée par voie i.m. comparativement à un placebo pour le traitement ambulatoire des patients atteints de la COVID-19. 903 participants ont été répartis aléatoirement dans un rapport de 1:1 pour recevoir une dose d’AZD7442 (n = 452) ou de placebo sous forme de solution saline (n = 451), administrée en deux injections i.m. distinctes et séquentielles. L’analyse primaire a été rapportée le 11 octobre 2021.

Les participants étaient des adultes âgés de 18 ans et plus, non hospitalisés, atteints d’une forme légère ou modérée de COVID-19 et présentant des symptômes depuis sept jours ou moins. Les participants avaient une infection par le SRAS-CoV-2 confirmée en laboratoire par un test moléculaire (antigène ou acide nucléique) réalisé sur un échantillon des voies respiratoires (p. ex. écouvillonnage de la zone oropharyngée, nasopharyngée ou nasale, ou prélèvement de salive) prélevé au plus tard trois jours avant le premier jour de l’essai. Le principal critère d’efficacité était le composite d’une forme grave de la COVID-19 ou le décès (toutes causes confondues) avant le jour 29. Les sujets feront l’objet d’un suivi pendant 15 mois.

Environ 13 % des participants étaient âgés de 65 ans et plus. De plus, 90 % d’entre eux avaient des comorbidités dès le départ et d’autres caractéristiques qui les exposaient à un risque élevé d’évolution vers une forme grave de la COVID-19, notamment le cancer, le diabète, l’obésité, une maladie pulmonaire chronique ou l’asthme, une maladie cardiovasculaire ou une immunosuppression.

AZD7442

L’AZD7442 est une association de deux ACLA, soit le tixagévimab (AZD8895) et le cilgavimab (AZD1061), qui sont dérivés de lymphocytes B prélevés chez des patients convalescents à la suite d’une infection par le virus SRAS-CoV-2. Découverts par le centre médical de l’Université Vanderbilt et cédés sous licence à AstraZeneca en juin 2020, ces anticorps monoclonaux humains se lient à des sites distincts sur la protéine de spicule du SRAS-CoV-27. AstraZeneca les a ensuite optimisés grâce à une extension de la demi-vie et à une diminution de la capacité de liaison du récepteur Fc et du complément C1q. L’extension de la demi-vie fait plus que tripler la durée d’action de ces anticorps par comparaison aux anticorps classiques et permet à l’association d’offrir une protection contre la COVID-19 pouvant aller jusqu’à 12 mois après l’administration d’une seule dose8-10; les données de l’essai de phase III PROVENT montrent une protection qui dure au moins six mois, tandis que l’essai de phase I montre des titres d’anticorps neutralisants qui demeurent élevés pendant au moins 9 mois11. La réduction de la capacité de liaison du récepteur Fc vise à diminuer le plus possible le risque d’aggravation de la maladie facilitée par les anticorps, un phénomène lors duquel les anticorps dirigés contre un virus particulier favorisent l’infection et/ou la maladie au lieu de l’inhiber12.

L’utilisation de l’AZD7442 comme traitement potentiel contre la COVID-19 chez les patients hospitalisés est également étudiée dans le cadre de l’essai ACTIV-3 du National Institute of Health et dans le cadre d’un autre essai de traitement en milieu hospitalier mené par un collaborateur.

Les données d’expériences précliniques montrent que les ACLA sont en mesure de bloquer la liaison du virus SRAS-CoV-2 aux cellules hôtes et de les protéger contre l’infection dans des modèles cellulaires et animaux de la maladie13. D’autres résultats in vitro ont révélé que l’AZD7442 neutralise notamment les variants du virus SRAS-CoV-2 apparus récemment, comme les variants Delta et Mu14.

À propos d’AstraZeneca Canada

AstraZeneca est une société biopharmaceutique internationale axée sur l’innovation. Sa priorité est de découvrir, de mettre au point et de commercialiser des médicaments destinés aux soins primaires et spécialisés, qui ont pour but de changer des vies. Elle se concentre sur quatre domaines importants des soins de santé : les maladies cardiovasculaires, rénales et métaboliques, l’oncologie, les maladies respiratoires et immunitaires ainsi que les maladies rares. AstraZeneca exerce ses activités dans plus de 100 pays et ses médicaments innovateurs sont utilisés par des millions de patients dans le monde entier. Sa filiale canadienne, dont le siège social est situé à Mississauga, en Ontario, compte environ 1090 employés au pays. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter notre site Web au www.astrazeneca.ca

 

POUR NOUS JOINDRE

Mary-Anne Cedrone
AstraZeneca Canada
Courriel : mary-anne.cedrone@astrazeneca.com

 

Références

1.     Oliver, S MD. Data and clinical considerations for additional doses in immunocompromised people. ACIP Meeting July 22, 2021. Accessible au : https://www.cdc.gov/vaccines/acip/meetings/downloads/slides-2021-07/07-COVID-Oliver-508.pdf. [consulté en novembre 2021].

2.     Centers for Disease Control and Prevention. Altered immunocompetence. General best practice guideline for immunization: Best Practices Guidance of the Advisory Committee on Immunization Practices. [En ligne]. Accessible au : https://www.cdc.gov/vaccines/hcp/acip-recs/general-recs/immunocompetence.html. [consulté en novembre 2021].

3.     Boyarsky BJ, et al. Immunogenicity of a single dose of SARS-CoV-2 messenger RNA vaccine in solid organ transplant recipients. JAMA 2021; 325 (17):1784-1786.

4.     Rabinowich L, et al. Low immunogenicity to SARS-CoV-2 vaccination among liver transplant recipients, Journal of Hepatology (2021), doi: https://doi.org/10.1016/ j.jhep.2021.04.020.

5.     Deepak P, et al. Glucocorticoids and B cell depleting agents substantially impair immunogenicity of mRNA vaccines to SARS-CoV-2. medRxiv [prépublication]. 2021 Apr 9:2021.04.05.21254656. doi: 10.1101/2021.04.05.21254656. PMID: 33851176; PMCID: PMC8043473.

6.     Simon D, et al. SARS-CoV-2 vaccination responses in untreated, conventionally treated and anticytokine-treated patients with immune-mediated inflammatory diseases. Ann Rheum Dis. 2021 May 6: annrheumdis-2021-220461. doi : 10.1136/annrheumdis-2021-220461. Publication électronique avant impression. PMID: 33958324.

7.     Dong J, et al. Genetic and structural basis for recognition of SARS-CoV-2 spike protein by a two-antibody cocktail. bioRxiv. 2021; doi: 10.1101/2021.01.27.428529.

8.     Robbie GJ, et al. A novel investigational Fc-modified humanized monoclonal antibody, motavizumab-YTE, has an extended half-life in healthy adults. Antimicrob Agents Chemother. 2013; 57 (12): 6147-53.

9.     Griffin MP, et al. Safety, tolerability, and pharmacokinetics of MEDI8897, the respiratory syncytial virus prefusion F-targeting monoclonal antibody with an extended half-life, in healthy adults. Antimicrob Agents Chemother. 2017; 61(3): e01714-16.

10.  Domachowske JB, et al. Safety, tolerability and pharmacokinetics of MEDI8897, an extended half-life single-dose respiratory syncytial virus prefusion F-targeting monoclonal antibody administered as a single dose to healthy preterm infants. Pediatr Infect Dis J. 2018; 37(9): 886-892.

11.   Loo Y-M, et al. AZD7442 demonstrates prophylactic and therapeutic efficacy in non-human primates and extended half-life in humans. medRxiv. Cold Spring Harbor Laboratory Press; 2021 [prépublication] Accessible au : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.08.30.21262666v1.

12.  van Erp EA, et al. Fc-mediated antibody effector functions during respiratory syncytial virus infection and disease. Front Immunol. 2019; 10: 548.

13.   Zost SJ, et al. Potently neutralizing and protective human antibodies against SARS-CoV 2. Nature. 2020; 584: 443–449.

14.   ACTIV. National Center for Advancing Translational Sciences OpenData Portal. SARS-CoV-2 Variants & Therapeutics, All Variants Reported in vitro Therapeutic Activity. Accessible au : https://opendata.ncats.nih.gov/variant/activity [consulté en novembre 2021].