AstraZeneca présente de nouveaux résultats permettant de cibler les patients atteints d'asthme grave susceptibles de retirer le plus de bienfaits d'un traitement par le benralizumab

Une analyse poussée des essais de phase III SIROCCO et CALIMA permet de confirmer l’efficacité du benralizumab et de conclure que la fréquence accrue d’exacerbations ou un plus grand nombre d’éosinophiles dans le sang avant le traitement font partie des indicateurs clés d’une meilleure réussite thérapeutique

Ces conclusions permettent d’envisager des traitements personnalisés ainsi qu’une meilleure sélection des patients répondant bien au traitement par le benralizumab afin d’obtenir les meilleurs résultats cliniques possible

MISSISSAUGA, ON, 11 septembre 2017 /CNW/ – AstraZeneca a annoncé aujourd’hui les résultats d’une analyse intégrée réalisée dans le cadre des essais de phase III SIROCCO et CALIMA. Ces résultats confirment l’efficacité incontestable du benralizumab et font ressortir des facteurs clés permettant de prédire quels patients souffrant d’asthme grave non maîtrisé sont les plus susceptibles de bien répondre au traitement par ce nouveau médicament potentiel1.

Le benralizumab est un anticorps monoclonal qui recrute des cellules à activité naturelle tueuse, l’un des composants du système immunitaire, entraînant une déplétion directe, rapide et presque totale des éosinophiles2,3. Les éosinophiles sont des cellules effectrices biologiques qui influent sur l’inflammation des voies respiratoires et provoquent l’hyperréactivité de celles-ci chez environ 50 % des patients atteints d’asthme4,5,6,7, ce qui se traduit par une augmentation des symptômes liés à l’asthme, une altération de la fonction pulmonaire et des exacerbations plus fréquentes8.

Cette analyse a posteriori a permis de démontrer l’efficacité du benralizumab quelle que soit la quantité d’éosinophiles dans le sang avant le traitement. Cela dit, un nombre plus important d’exacerbations et d’éosinophiles dans le sang avant le traitement a été associé à une plus grande efficacité thérapeutique9. La combinaison d’une quantité élevée d’éosinophiles dans le sang au départ et d’antécédents d’exacerbations fréquentes a entraîné une réponse encore plus importante des patients traités par le benralizumab10. De plus, les patients sous corticostéroïdes oraux souffrant de polypose nasale avaient de meilleures chances de répondre favorablement au traitement11. Ces conclusions ont été présentées à Milan (Italie) dans le cadre du congrès international 2017 de la Société européenne de pneumologie (ERS) et ont été publiées aujourd’hui dans The Lancet Respiratory Medicine.

Les profils globaux d’innocuité du groupe de traitement par le benralizumab et du groupe ayant reçu un placebo étaient similaires pour les essais SIROCCO et CALIMA, et le profil global d’innocuité du benralizumab était semblable à celui obtenu lors d’expériences précédentes12,13,14.

Le Dr J. Mark FitzGerald, directeur du centre pour la santé cardiaque et pulmonaire du Coastal Health Research Institute, à Vancouver, et chercheur principal de l’étude, a affirmé : « En tant que médecin traitant, je veux être sûr de prescrire le traitement qui présente le plus d’avantages pour les patients souffrant d’asthme grave non maîtrisé. Cette analyse importante démontre que le benralizumab procure des bienfaits accrus aux patients souffrant d’exacerbations fréquentes malgré un traitement médical standard ou à ceux qui présentent une quantité d’éosinophiles dans le sang plus importante avant le traitement. Ces informations vont nous aider à trouver quels patients sont les plus susceptibles de bénéficier du traitement par le benralizumab, et, au bout du compte, à améliorer la prise en charge thérapeutique de l’asthme grave non maîtrisé. »

Colin Reisner, chef du service Respiratoire – Mise au point de médicaments à l’échelle mondiale chez AstraZeneca, a déclaré : « L’asthme grave non maîtrisé touche des millions de personnes dans le monde entier et ses exacerbations peuvent mettre la vie en danger. Cette nouvelle analyse des essais SIROCCO et CALIMA est basée sur des preuves cliniques solides appuyant l’utilisation du benralizumab chez les patients souffrant d’asthme grave non maîtrisé, parmi lesquelles figurent les données récentes de l’essai de phase III ZONDA. »

Le benralizumab fait l’objet d’un examen réglementaire aux États-Unis, dans l’Union européenne, au Canada, au Japon et dans plusieurs autres pays; une décision est attendue au quatrième trimestre de 2017 en vertu de la loi américaine Prescription Drug User Fee Act (PDUFA) et ailleurs au courant de la première moitié de 2018.

NOTES AUX RÉDACTEURS

À propos de l’asthme grave

L’asthme touche 315 millions de personnes dans le monde, dont 3 millions de Canadiens environ15. Jusqu’à 10 % des cas d’asthme sont graves16,17, et peuvent ne pas être maîtrisés malgré la prise de doses élevées des médicaments d’entretien habituels et nécessiter la prise à long terme de corticostéroïdes oraux18.

L’asthme grave non maîtrisé est invalidant et peut menacer le pronostic vital; il est caractérisé par de fréquentes exacerbations, une fonction pulmonaire très limitée et une piètre qualité de vie19,20. L’asthme grave non maîtrisé est associé à un risque huit fois plus élevé de mortalité que l’asthme grave21,22.

L’asthme grave non maîtrisé peut mener à une dépendance aux corticostéroïdes oraux, l’exposition générale aux stéroïdes pouvant entraîner des effets indésirables graves à court et à long terme dont un gain de poids, le diabète, l’ostéoporose, le glaucome, l’anxiété, la dépression, des maladies cardiovasculaires23,24 et une immunosuppression25. Le fardeau physique et socioéconomique de l’asthme grave non maîtrisé est aussi très lourd, 50 % des coûts liés à l’asthme lui étant associés26. Selon une estimation prudente du Conference Board du Canada, sans une intervention concertée, le coût de l’asthme au Canada atteindra à lui seul 4,2 milliards de dollars d’ici 203027.

À propos du programme WINDWARD

Le programme WINDWARD portant sur l’asthme est composé de six études de phase III, soit les études SIROCCO, CALIMA, ZONDA, BISE, BORA et GREGALE. Dans cette analyse, SIROCCO et CALIMA sont deux études repères à double insu, à répartition aléatoire, avec groupes parallèles et contrôlées par placebo visant à évaluer l’efficacité et l’innocuité de l’administration à intervalles réguliers du benralizumab par voie sous-cutanée (dose fixe de 30 mg) pendant une période allant jusqu’à 56 semaines chez des adolescents âgés de 12 ans ou plus et des adultes prédisposés aux exacerbations28,29.

Au total, 2295 patients (1204 dans l’étude SIROCCO et 1091 dans l’étude CALIMA)30 ont reçu les médicaments habituels (y compris des corticostéroïdes par inhalation à doses élevées et des ß2 agonistes à longue durée d’action [CSI/BALA]) et ont été répartis de façon aléatoire à l’échelle mondiale pour recevoir 30 mg de benralizumab toutes les 4 semaines; 30 mg de benralizumab toutes les 4 semaines pour les trois premières doses, puis 30 mg toutes les 8 semaines ou un placebo31,32. Toutes les doses de benralizumab ont été administrées par injection sous-cutanée à l’aide d’une seringue préremplie offerte avec des fournitures33,34.

À propos du benralizumab

Le benralizumab est un anticorps monoclonal qui recrute des cellules à activité naturelle tueuse, entraînant une déplétion directe, rapide et presque totale des éosinophiles. La déplétion des éosinophiles circulants est rapide, le début d’action du benralizumab survenant en l’espace de 24 heures comme l’ont confirmé les études préliminaires de phases I et II35,36,37. Lors des études repères de phase III SIROCCO et CALIMA, le benralizumab a entraîné une diminution significative du nombre d’exacerbations, amélioré la fonction pulmonaire et atténué les symptômes d’asthme chez des patients atteints d’asthme grave à éosinophiles non maîtrisé38,39. Les éosinophiles sont des cellules effectrices biologiques qui exercent leur activité chez environ 50 % des patients atteints d’asthme, ce qui se traduit par de fréquentes exacerbations, une altération de la fonction pulmonaire et des symptômes liés à l’asthme40,41,42.

Le benralizumab a été mis au point par MedImmune, entité internationale de recherche et de mise au point d’agents biologiques d’AstraZeneca, et est un produit sous licence de BioWa Inc., filiale à part entière de Kyowa Hakko Kirin Co., Ltd., une société japonaise.

À propos d’AstraZeneca

AstraZeneca est une société biopharmaceutique internationale axée sur l’innovation. Sa priorité est de découvrir, mettre au point et commercialiser des médicaments destinés aux soins primaires et spécialisés, qui ont pour but de changer des vies. Elle se concentre sur trois domaines thérapeutiques importants : les maladies cardiovasculaires et métaboliques, l’oncologie ainsi que les maladies respiratoires, inflammatoires et auto-immunes. AstraZeneca exerce ses activités dans plus de 100 pays et ses médicaments innovateurs sont utilisés par des millions de patients dans le monde entier. Sa filiale canadienne, AstraZeneca Canada, dont le siège social est situé à Mississauga, en Ontario, compte plus de 675 employés au pays. Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site Web de la société à www.astrazeneca.ca.

PERSONNES-RESSOURCES

Mary-Anne Cedrone AstraZeneca Canada

Tél. : 905-804-4905

Courriel : mary-anne.cedrone@astrazeneca.com

Courtney McNamara

Edelman

Tél. : 416-849-3149

Courriel : courtney.mcnamara@edelman.com

RÉFÉRENCES

1 FitzGerald JM, Bleecker ER, Menzies-Gow A, Zangrilli JG, Hirsch I, et al. Predictors of enhanced response with benralizumab for patients with severe asthma: pooled analysis of the SIROCCO and CALIMA studies. Lancet Respir Med. 2017.

2 Pham TH, Damera G, Newbold P, Ranade K. Reductions in eosinophil biomarkers by benralizumab in patients with asthma. Respir Med. Févr. 2016; 111:21-9.

3 Kolbeck R, Kozhich A, Koike M, et al. MEDI-563, a humanized anti–IL-5 receptor a mAb with enhanced antibody-dependent cell-mediated cytotoxicity function. J Allergy Clin Immunol. Juin 2010; 125(6):1344-1353.e2.

4 Pham TH, Damera G, Newbold P, Ranade K. Reductions in eosinophil biomarkers by benralizumab in patients with asthma. Respir Med. Févr. 2016; 111:21-9.

5 Kolbeck R, Kozhich A, Koike M, et al. MEDI-563, a humanized anti–IL-5 receptor a mAb with enhanced antibody-dependent cell-mediated cytotoxicity function. J Allergy Clin Immunol. Juin 2010; 125(6):1344-1353.e2.

6 Green RH, Brightling CE, McKenna S, Hargadon B, Parker D, et al. Asthma exacerbations and sputum eosinophil counts: a randomised controlled trial. Lancet. 30 nov. 2002; 360(9347):1715-21.

7 Possa SS, Leick EA, Prado CM, Martins MA, et al. Eosinophilic Inflammation in Allergic Asthma. Front Pharmacol. Avr. 2013; 4:46.

8 De Groot JC, ten Brinke A, Bel EHD. Management of the patient with eosinophilic asthma: a new era begins. ERJ Open Res, 2015; 1: 00024-2015.

9 FitzGerald JM, Bleecker ER, Menzies-Gow A, Zangrilli JG, Hirsch I, et al. Predictors of enhanced response with benralizumab for patients with severe asthma: pooled analysis of the SIROCCO and CALIMA studies. Lancet Respir Med. 2017.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Bleecker ER, Fitzgerald MJ, Chanez P, et al. Efficacy and safety of benralizumab for patients with severe asthma uncontrolled with high-dosage inhaled corticosteroids and long-acting β2-agonists (SIROCCO): a randomised, multicentre, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016; 388(10056): 2115-2127.

14 FitzGerald MJ, Bleecker E, Parameswaran N, et al. Benralizumab, an anti-interleukin-5 receptor α monoclonal antibody, as add-on treatment for patients with severe, uncontrolled, eosinophilic asthma (CALIMA): a randomised, double-blind, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016; 388(10056): 2128-2141.

15 Société canadienne de l’asthme. Asthma Facts and Statistics FAQs. Disponible au http://www.asthma.ca/corp/newsroom/pdf/asthmastats.pdf.

16 Fernandes AG, Souza-Machado C, Coelho RC et al. Risk factors for death in patients with severe asthma. J Bras Pneumol. 2014; 40(4): 364-372.

17 Chung KF, Wenzel SE, Brozek JL, et al. International ERS/ATS guidelines on definition, evaluation and treatment of severe asthma. Eur Respir J 2014; 43: 343-73.

18 Peters SP, Ferguson G, Deniz Y, Reisner C. Uncontrolled asthma: a review of the prevalence, disease burden and options for treatment. Respir Med. 2006; 100(7):1139-51.

19 Price D, Fletcher M, van der Molen T. Asthma control and management in 8,000 European patients: the REcognise Asthma and LInk to Symptoms and Experience (REALISE) survey. NPJ Prim Care Respir Med. 2014; 12; 24:14009.

20 Peters SP, Ferguson G, Deniz Y, Reisner C. Uncontrolled asthma: a review of the prevalence, disease burden and options for treatment. Respir Med. 2006; 100(7):1139-51.

21 Fernandes AG, Souza-Machado C, Coelho RC et al. Risk factors for death in patients with severe asthma. J Bras Pneumol. 2014; 40(4): 364-372.

22 Price D, Fletcher M, van der Molen T. Asthma control and management in 8,000 European patients: the REcognise Asthma and LInk to Symptoms and Experience (REALISE) survey. NPJ Prim Care Respir Med. 2014; 12; 24:14009.

23 Hyland ME, Whalley B, Jones RC, Masoli M. A qualitative study of the impact of severe asthma and its treatment showing that treatment burden is neglected in existing asthma assessment scales. Qual Life Res. Mars 2015; 24(3):631-9. doi: 10.1007/s11136-014-0801-x. Publication électronique le 9 sept. 2014.

24 Global Initiatives for Asthma (GINA) Online appendix. Global strategy for asthma management and prevention. Mis à jour en 2017. Disponible au http://ginasthma.org/2017-gina-report-global-strategy-for-asthma-management-and-prevention/. Consulté en mai 2017.

25 Zazzali JL, Broder MS, Omachi TA, Chang E, Sun GH, Raimundo K. Risk of corticosteroid-related adverse events in asthma patients with high oral corticosteroid use. Allergy Asthma Proc. Juill.-août 2015; 36(4):268-74. doi: 10.2500/aap.2015.36.3863.

26 Papathanassiou E, Loukides S, Bakakos P. Severe asthma: antiIgE or antiIL5? Eur Clin Respir J. 2016; 3: 10.3402/ecrj.v3.31813.

27 Hermus G., et al. Cost Risk Analysis for Chronic Lung Disease in Canada. Le Conference Board du Canada. 2012.

28 FitzGerald MJ, Bleecker E, Parameswaran N, et al. Benralizumab, an anti-interleukin-5 receptor α monoclonal antibody, as add-on treatment for patients with severe, uncontrolled, eosinophilic asthma (CALIMA): a randomised, double-blind, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016. 388(10056): 2128-2141.

29 Bleecker ER, Fitzgerald MJ, Chanez P, et al. Efficacy and safety of benralizumab for patients with severe asthma uncontrolled with high-dosage inhaled corticosteroids and long-acting β2-agonists (SIROCCO): a randomised, multicentre, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016. 388(10056): 2115-2127.

30 FitzGerald JM, Bleecker ER, Menzies-Gow A, Zangrilli JG, Hirsch I, et al. Predictors of enhanced response with benralizumab for patients with severe asthma: pooled analysis of the SIROCCO and CALIMA studies. Lancet Respir Med. 2017.

31 Ibid.

32 Bleecker ER, Fitzgerald MJ, Chanez P, et al. Efficacy and safety of benralizumab for patients with severe asthma uncontrolled with high-dosage inhaled corticosteroids and long-acting β2-agonists (SIROCCO): a randomised, multicentre, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016; 388(10056): 2115-2127.

33 FitzGerald MJ, Bleecker E, Parameswaran N, et al. Benralizumab, an anti-interleukin-5 receptor α monoclonal antibody, as add-on treatment for patients with severe, uncontrolled, eosinophilic asthma (CALIMA): a randomised, double-blind, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016; 388(10056): 2128-2141.

34 Bleecker ER, Fitzgerald MJ, Chanez P, et al. Efficacy and safety of benralizumab for patients with severe asthma uncontrolled with high-dosage inhaled corticosteroids and long-acting β2-agonists (SIROCCO): a randomised, multicentre, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016; 388(10056): 2115-2127.

35 Pham TH, Damera G, Newbold P, Ranade K. Reductions in eosinophil biomarkers by benralizumab in patients with asthma. Respir Med. Févr. 2016; 111:21-9.

36 Kolbeck R, Kozhich A, Koike M, et al. MEDI-563, a humanized anti–IL-5 receptor a mAb with enhanced antibody-dependent cell-mediated cytotoxicity function. J Allergy Clin Immunol. Juin 2010; 125(6):1344-1353.e2.

37 Laviolette M, Gossage DL, Gauvreau G, et al. Effects of benralizumab on airway eosinophils in asthmatic patients with sputum eosinophilia. J Allergy Clin Immunol. Nov. 2013; 132(5): 1086-1096.e5.

38 FitzGerald MJ, Bleecker E, Parameswaran N, et al. Benralizumab, an anti-interleukin-5 receptor α monoclonal antibody, as add-on treatment for patients with severe, uncontrolled, eosinophilic asthma (CALIMA): a randomised, double-blind, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016; 388(10056): 2128-2141.

39 Bleecker ER, Fitzgerald MJ, Chanez P, et al. Efficacy and safety of benralizumab for patients with severe asthma uncontrolled with high-dosage inhaled corticosteroids and long-acting β2-agonists (SIROCCO): a randomised, multicentre, placebo-controlled phase 3 trial. Lancet. 2016; 388(10056): 2115-2127.

40 Zhang JY, Wenzel SE. Tissue and BAL Based Biomarkers in Asthma. Immunol Allergy Clin N Am. 27 (2007) 623-632.

41 Talini D, Novelli F, Bacci E, et al. Sputum eosinophilia is a determinant of FEV1 decline in occupational asthma: results of an observational study. BMJ Open 2015; 5: e005748.

42 De Groot JC, ten Brinke A, Bel EHD. Management of the patient with eosinophilic asthma: a new era begins. ERJ Open Res, 2015; 1: 00024-2015.